Catégorie : Non classé

Genèse d’un itinéraire : la vie à la ferme

Extrait des “mémoires” de Georges CHEVET, écrites pour ses enfants, petits enfants et arrières-petits enfants.

A la ferme


Quand nous sommes arrivés à la ferme, nous avions reçu le renfort de notre grand-père Chevet, qui avait abandonné son emploi de domestique agricole pour venir aider mon père qui était seul en attendant que nous, les enfants, soyons en âge de travailler.
Dès l’âge de 11 à12 ans, nous devions aider nos parents, le matin avant l’école et le soir au retour quand nous avions terminé les devoirs. Le matin je devais nettoyer les étables des vaches et les écuries des porcs. Mon grand-père paternel, qui vivait avec nous à la ferme s’occupait d’alimenter les vaches ; ma mère s’occupait des porcs et mon père se réservait la charge des chevaux et du travail dans les champs. Donc j’allais devoir m’insérer dans ce groupe de travail et j’allais être attiré par les chevaux.

Cette organisation allait être interrompue par un événement politique d’importance : l’Allemagne d’Hitler envahissait l’Autriche et mon père fut mobilisé en préambule à la déclaration de guerre qui devait suivre.
En 1936 était né notre frère Raymond, et à ce moment-là, chaque enfant qui naissait dans une famille devait être déclaré à l’administration militaire, et cela lui reculait de deux années la classe de mobilisation. Ce qui fait que mon père avait été reporté à la classe 15, c’est à dire qu’il était mobilisable avec les gens de 43 ans alors qu’il en avait que 37. Son fascicule militaire lui faisait obligation de rejoindre un lieu précis, en l’occurrence le Château de la Fin situé sur la route de Chevagnes.
Il fut incorporé dans une section de surveillance aérienne avec une quinzaine d’autres personnes sensiblement du même âge. Cette section était basée au Château de la Fin à mi chemin entre Thiel et Chevagnes. Ils devaient surveiller, avec des jumelles, le ciel et communiquer l’immatriculation des avions de passage aux autorités supérieures. Cette
situation dura jusqu’à la réunion de Munich, entre Hitler, Chamberlain et Daladier qui mit fin à ce début d’hostilités.

Pendant cette absence je restais donc seul avec mon grand-père et ma mère pour faire fonctionner la ferme. Nos voisins, propriétaire au domaine de Belfin, étaient plus évolués et possédaient un poste de TSF. Je me rappelle que nous allions dans le champ à proximité de leur habitation pour entendre la musique. Peu de temps après mon père achetait aussi un poste de TSF. Ce qui nous permit d’entendre les nouvelles de la crise qui sévissait à cette époque.
Il fut démobilisé et la vie reprit ses droits jusqu’au 11 novembre, jour de la Saint-Martin, (c’est comme cela qu’on nommait le jour du déménagement), et nous allions partir, à la suite d’une mésentente avec le propriétaire concernant la valeur du cheptel.

Nous allions dans une autre ferme, plus importante, au lieu-dit les Neufonds sur la commune de Bessay sur Allier, toujours en métayage. La superficie était d’une quarantaine d’hectares, avec 38 bovins et 3 chevaux. Elle était gérée, ainsi que 5 autres fermes, deux locateries et deux châteaux, par un régisseur représentant le propriétaire, Mr Choisy, qui habitait au château de Montaigut le Blin.

 


Genèse d’un itinéraire: la guerre

Extrait des “mémoires” de Georges CHEVET, écrites pour ses enfants, petits enfants et arrières-petits enfants.

La Guerre


C’est à ce moment que je fis mes premières armes comme charretier c’est à dire responsable de nos chevaux .Trois beaux percherons gris biens dodus et très dociles : j’étais fier de montrer mon attelage qui comprenait 2 chevaux pour le labour, le troisième était réservé aux petits travaux, tombereau ou autre voiture.


Mais hélas en septembre 1939, Hitler prit la décision de rompre l’accord signé un an auparavant, l’armée allemande envahissait la Pologne, et conformément aux accords avec ce pays, la France et l’Angleterre, déclaraient la guerre à l’Allemagne.

L’ordre de mobilisation était affiché et mon père fut appelé et rejoignit le lieu de rassemblement de l’année précédente. Puis ce fut la réquisition de nos trois percherons que je dus conduire aux autorités militaires. Ils furent embarqués dans des camions, et je ne les ai jamais revus. Nous restions donc trois hommes, mon grand-père, mon frère et moi, Ma mère restait seule pour le ménage et l’élevage des porcs, et s’occuper de notre frère Raymond, qui n’avait que 3 ans. Plus de chevaux, c’était donc impossible de cultiver. Nous demandions donc à la mairie de nous attribuer des chevaux de réforme de l’armée ce qui fut fait quelques jours plus tard. Nous recevions un cheval castré et une jument. Nous avons gardé cet attelage jusqu’à mon départ de la ferme en 1947.


Au printemps, au moment de la déroute de l’armée Française, la ferme étant située à une centaine de mètre de la route nationale 7, nous avons vu arriver les réfugiés et chaque jour, certains nous demandaient pour coucher, c’est ainsi que le grenier était transformé en chambre à coucher.
L’arrivée des Allemands en 1940 et l’armistice signé par Pétain mis fin aux hostilités et mon père fut démobilisé.


Les mois s’écoulèrent jusqu’en 1942 qui fut une année noire. Mon grand-père décédait d’un cancer au duodénum dans des souffrances atroces. L’inhumation eut lieu au cimetière de Thiel-sur-Acolin dans la tombe où était enterrée son épouse. Ce ne fut pas une mince affaire car il fallait franchir la ligne de démarcation avec des laissez-passer qu’il fallait demander à la kommandantur de Moulins. Les papiers obtenus, il fallait trouver un transporteur qui accepterait cette charge. Il n’y avait pas de pompes funèbres. Ce fut Mr Fagnaux, le marchand de vin.

Le franchissement de la ligne de démarcation devait avoir lieu à Toulon et seul mon père et ma mère eurent le droit d’accompagner le corps.
L’année suivante, en 1943, ce fut une année de fort rendement, mon père était ravi de la récolte tout en regrettant qu’une grande partie de celle-ci serait réquisitionnée pour nourrir les allemands. L’été étant très sec, et pour empêcher les allemands de profiter d’une si belle récolte quelqu’un y mit le feu. La récolte de blé étant la principale source de revenu, nous étions ruinés. Bien sûr une enquête eut lieu, mais ne donna aucun résultat. Nous avions des doutes, mais il était hors de question d’accuser sans preuve. Depuis que les allemands avaient envahi la zone sud, la ferme étant à proximité de la RN7, ceux-ci nous demandaient souvent du ravitaillement et si nous refusions ils se servaient eux même dans le champ de pommes de terre.


C’était l’époque des restrictions et nous avions des cartes de ravitaillement. Le tabac était réglementé ; j’avais 19 ans, j’étais dans la catégorie J-3, j’avais le droit au tabac que je donnais à mon père, je disposais de 500gr de sucre, quant au reste, (viande, farine, légumes, matières grasses) nous n’avions aucun problème, tout était produit à la ferme. Pour aider ma mère dans ses tâches ménagères nous avions une fille handicapée mentale légère de l’assistance publique. Pour faire face à la pénurie de pain, nous avons remis en service le vieux four, et j’avais appris à fabriquer le pain. J’étais chargé de cette besogne à peu près tous les quinze jours. La farine nous était fournie par le meunier de la localité, plus ou moins en fraude car nous n’avions droit qu’à une certaine quantité. Quelque fois nous devions emprunter les chemins de terre pour s’approvisionner. Nous avions beaucoup de demandes de la part des gens du village qui avaient des difficultés pour trouver de la nourriture.

Si nous avions besoin d’un article en métal non ferreux il nous fallait fournir la contrepartie dans le même métal. Il était impossible de trouver des pneumatiques de vélo, alors on s’organisait avec des vieux pneus de récupération et on en mettait parfois deux l’un sur l’autre. Il était très difficile de rouler la nuit, la lumière était interdite sur les vélos.
Pendant cette période il était interdit d’organiser des fêtes publiques, et il était tout de même nécessaire de se distraire, et je décidais d’apprendre la musique.

J’allais voir Mr Jauffrais, organisateur de bals, reconverti en réparateur de vélos, à Neuilly le Real, pour prendre des leçons de solfège, et à la fin des hostilités je m’inscrivais à la société musicale de Bessay renaissante avec comme instrument un saxophone ténor qu’elle me prêtait.

ANECDOTE

Pour situer tout d’abord, la fratrie se compose de Georges né en 1924, Gilbert né en 1925 et Raymond, petit dernier, né en 1936. C’est donc Raymond qui raconte cette anecdote : attristé par le départ de son grand frère pour la guerre, il est allé chercher les partitions musicales de son frère et les a détruites pour se venger de le laisser seul


L’âge du STO est arrivé

Extrait des “mémoires” de Georges CHEVET, écrites pour ses enfants, petits enfants et arrières-petits enfants.

L’année 1944 étais l’année de mes vingt ans, et aussi de l’âge de départ pour le STO, imposé au gouvernement de Vichy par les Allemands, je fus convoqué à Vichy, au siège de la milice, avec tous mes camarades nés en 1924, à une visite médicale pour connaître nos aptitudes physiques afin de partir dans le cadre du service du travail obligatoire (STO) à effectuer en Allemagne. Bien entendu le résultat était positif.

Mais comme nous étions tous des gens de la campagne, nous obtenions tous un sursis de 3 mois, ce qui reportait à avril la date de notre départ. Ce sursis fut renouvelé pour trois mois, mais en juillet nous n’avons pas été appelés.
Cela ne nous empêcha pas de participer à toutes les réquisitions de la milice. Les hommes valides ont été commandés pour faire sur la nationale 7, tous les 2 km une tranchée abri de deux mètres de long avec un retour en équerre de un mètre. Plus tard nous avons été obligés de faire chaque nuit, des tournées sur les voies ferrées afin d’éviter les sabotages. Nous faisions ces tournées à quatre, mon père moi et deux autres personnes, accompagnés par une personne de la milice de Vichy Nous apportions à manger et à boire que nous partagions, y compris avec le milicien. Ceci nous permettait d’écourter un peu la tournée. Une fois, un sabotage eut lieu, mais en dehors de chez nous et en plein jour. Une boite d’essieux d’un wagon citerne chargé d’essence se mit à chauffer, rougit et mis le feu à toute la série.
Probablement c’est du sable qui avait été introduit dans la boite de roulement qui provoqua cet incendie.


Le maquis pour échapper au STO

Extrait des “mémoires” de Georges CHEVET, écrites pour ses enfants, petits enfants et arrières-petits enfants.

Enfin début juin c’était le débarquement. Les allemands, trop occupés avec les déboires de leur armée en URSS et par les Américains en Normandie, ont oublié la fin de notre sursis et c’est comme ceci que notre classe d’âge n’a pas eu à partir comme ce fut le cas de nos aînés.


Après le débarquement des alliés ; nous sentions venir la fin de la guerre et il fallait chasser les allemands au plus vite. Avec tous les jeunes de tendance et de différentes couleurs, nous nous regroupions pour participer aux ultimes combats, et le 28 août nous nous sommes réunis à la demande des réfractaires au STO qui avaient déjà formé un petit maquis et nous rejoignions le lieu de rassemblement, dans la grange de Mr Ravel qui existe toujours dans le chemin qui s’ appelle aujourd’hui « Rue du maquis de Chaugy », à Bessay. Nous étions 17 jeunes, dont une bonne moitié n’avaient jamais vu un fusil, à rejoindre le petit groupe du maquis dans un local de la ferme attenante du château de Chaugy.


Ce jour-là, c’était le jour du passage du train blindé qui était allé jusqu’à St Loup, probablement pour se ravitailler et qui remontait sur Moulins où était bloqué une division allemande en attente de repartir vers le nord-est. Au retour de St Loup et un peu avant Bessay ce train a été bloqué suite à un sabotage des voies à 2 km au sud. Il y eut quelques rafales de mitrailleuse entre les allemands qui accompagnaient le train blindé et une voiture du maquis qui s’était aventurée dans le bourg par hasard. Il y eu un mort. Cette voiture disparut rapidement par un chemin de terre et l’incident était clos. La maisonnette du passage à niveau où habitaient les parents de ma future épouse reçu une rafale dont les marques existaient toujours quand elle fut démolie il y a quelques années.


Nous n’étions pas armés, à l’exception de nos chefs, et il valait mieux que ce soit ainsi. Car si nous avions été armés quelqu’un aurait pu prendre la décision d’attaquer et cela aurait pu tourner à la catastrophe et faire un deuxième Oradour.



Le maquis de Bessay

Extrait du Bulletin municipal édité à l’occasion du baptême des rues.

LE MAQUIS DE BESSAY


En 1943, afin de lutter plus efficacement contre l’Occupant qui intensifiait ses opérations, les différents mouvements de Résistance s’unirent au sein du Conseil national de la Résistance (CNR) présidé par Jean Moulin.

Représentées au CNR, les Forces unies de la jeunesse patriotique rassemblaient elles-mêmes différentes organisations de jeunes.

Leur délégué régional demanda à Antoine Ressot de constituer des comités locaux sur Neuilly-le-Réal,Jaligny et Varennes-sur-Allier. Le but ? Former des groupes opérationnels immédiatement disponibles pour diverses missions.

Si, le moment venu, ces comités étaient appelés à se constituer en groupes de combat, leur première tâche fut de tout faire pour s’opposer au départ des jeunes au Service du Travail Obligatoire (STO) en procurant aux réfractaires des planques dans les fermes des environs et des titres d’alimentation.

Pour former le comité de Bessay, Antoine RESSOT fit appel à Emile GUY, titulaire de deux citations brillamment obtenues en 39-40. « Milou » déploya une grande activité clandestine, secondé par Gaston GATEPIN (responsable du bourg de Bessay et de sa partie sud) et par Georges CHEVET (responsable nord et est). Au comité de Bessay, une trentaine de jeunes furent recrutés, qui, d’abord, diffusèrent clandestinement les journaux et tracts que leur donnait Antoine RESSOT. Puis vingt volontaires reçurent une formation (et des armes parachutées du côté de Neuilly) grâce aux contacts qu’entretenait Antoine RESSOT avec l’armée secrète du Groupement ROUSSEL, à Lapalisse, qui était en contact direct avec Londres.


Outre Antoine RESSOT (aujourd’hui* domicilié à Moulins), Emile GUY (Bessay), Gaston GATEPIN (Bellerive) et Georges CHEVET (Yzeure), il y avait là Roger CHEVRIER (Bessay), André BEL (Neuilly-le-Réal), Léon BONNABAUD, Etienne BORY (Vichy), Bernard et Roger BOUYEUX (décédés), Joseph BOURIOU (Avermes), Marcel CHAMBON, M. CORNUAULT, Jean DAYRAT (Moulins), Albert ANGEL, M. BLAVETTE, Francis MARTIINAT (Neuilly-le-Réal), M. Proust,   Louis RESSOT (Moulins) et Fernand ROUMOT (décédé). Ainsi constitué, le maquis de Bessay pris son cantonnement à Chaugy dans une grange au lieudit Le Pavillon, ravitaillé par un comité de soutien (les parents des volontaires, Marcel Minestron, l’instituteur Fradier, MM. Fournier, Simon, Journée, Charpin, etc.). Mlle Laconne préparait la nourriture et les maquisards mangeaient dans un local procuré par le fermier Marcel Labouret.

Patrouilles de repérage des activités ennemies dans le secteur Moulins-Varennes, coups de main et engagements violents aux côtés d’autres unités de la Résistance auvergnate se succédèrent. Enfin, sortant de la clandestinité, la quasi-totalité du maquis de Bessay continua le combat dans le 152* Régiment d’Infanterie incorporé à la 1ere Armée de De Lattre. Il termina son épopée le 8 mai 1945 sur les rives du lac de Constance,où il accueillit l’annonce de la capitulation avec le sentiment d’avoir parfaitement rempli sa mission.


Nous remercions Antoine Ressot pour la relation de ces faits.

* “aujourd’hui” ne concerne que la date de sortie du bulletin


Le rattachement à la Demi Brigade d’Auvergne sous les ordres du Colonel ROUSSEL

Extrait du journal La Montagne du 8mai 1996;
On notera l’erreur orthographique sur le nom : Caillou au lieu de Colliou

Après l’incident du train blindé nous avons repris le cours de notre formation. On nous a incorporés dans la demi-brigade d’Auvergne commandée par le colonel Roussel.

Cette unité avait été formée avec les officiers et sous-officiers et les réfractaires au STO dont j’ai déjà parlé. Nous recevions chacun un fusil de marque anglaise.

La partie sud du département avait été libérée, la demi- brigade et son état-major s’étaient installés à Lapalisse. C’est dans cette petite ville que fut construit après la guerre un monument commémoratif de cet évènement sur lequel furent gravés tous les noms de nos camarades qui perdirent la vie à partir de cette date. Des ordres étaient venus des hautes autorités de la résistance, la demi-brigade regroupait toute les unités de résistance qui
venaient du sud comme par exemple les unités de FTP, et la compagnie Eddy.

Les premières opérations auxquelles nous allions participer, ce fut la prise de la gare de Thiel sur Acolin. Tout le personnel allemand fut fait prisonnier, mais cela n’empêchera pas le passage des allemands le lendemain. Vichy étant libéré, on nous amena dans cette ville ou nous allions défiler sous les applaudissements de la population.

Les Maquisards defilent a Vichy

Les Maquisards défilent a Vichy (dans l’encadré Georges CHEVET)

Puis Moulins était libéré à son tour le 6 septembre, après une bataille sur la commune d Yzeure qui fit plusieurs morts dont les époux Contoux et l’assassinat de Bergeron et Vebré qui figurent maintenant sur le monument d’Yzeure.

Deux jours plus tard, on nous transporta à St Pierre le Moutier pour intercepter, sur la route de Decize, une division allemande (Note du webmaster: La Colonne Elster)  qui venait de l’ouest et qui se dirigeait vers Dijon par la route de St-Pierre à Decize. Après quelques rafales de mitrailleuse, celle-ci fit demi-tour et se dirigea vers Chantenay qui avait déjà été libéré, pour gagner Decize par une autre route. A ce moment, la nouvelle arriva jusqu’à Moulins. Les Moulinois crurent à un retour et tous se précipitèrent pour enlever les drapeaux qui avaient envahi toutes les maisons et les édifices publics.

Comme les routes de la région étaient toutes barrées par les différents groupes de FFI de la région, la colonne ne put franchir la ville de Decize. Elle finit par revenir à St Pierre le Moutier et se rendre sans résistance à un officier de l’armée régulière. Outre les 18 000 prisonniers, cette rédition nous permis de récupérer des camions, des armes, et surtout du ravitaillement.

Monument commémoratif sur la façade de l’Hotel de ville d’Arcay (Cher)

Recréation du 152 RI de Colmar

Nous revenons vers Moulins. La division bloquée à Moulins, quittait la gare le 5 et le matin du 6 septembre, continua sa retraite en direction de la Saône et Loire, toujours précédé du train blindé. La voie ferrée ayant été sabotée vers Dompierre, la colonne fut interceptée ; Mais le régiment de génie qui l’accompagnait avait vite fait de rétablir les voies. Elle sabotait après son passage le viaduc de Gilly sur Loire.

Elle fut finalement interceptée entre Montchanin et Chagny, et le train blindé fut détruit par des blindés qui avaient été quémandés à l’armée De Lattre qui remontait par la vallée de la Saône, Le fameux train blindé fut reconstitué en carton pour le film ‘’La bataille du rail’’ qui eut un très grand succès à la fin des hostilités.
La région était maintenant toute libérée, nous embarquions à la gare de Bourbon Lancy-Le Fourneau sur un train qui devait nous emmener à Lamarche sur Saône. C’est à Lamarche que la suite des évènements prit une autre tournure.

La demi-brigade d’Auvergne était supprimée et le 152ème régiment d’infanterie était recréé et rattaché à la 9ème division d’infanterie coloniale venant d’Afrique du nord. Notre statut de maquisard allait disparaître et on nous demanda de confirmer notre volontariat en signant un engagement pour la durée de la guerre. Nous signions tous à l’exception de deux cheminots à qui on demanda de rejoindre leur domicile et de reprendre leur travail à la SNCF car il y avait beaucoup à faire pour remettre en état les voies ferrées.

LES PROBLÈMES DE L’INTÉGRATION
LES CLIVAGES
Lorsque les résistants arrivent à la lère Armée en septembre 1944, ils peuvent mesurer très vite ce qui les sépare des combattants de l’armée sur le plan matériel mais aussi sur le plan de l’éthique et de la camaraderie comme sur le plan de la conduite des opérations.
Sur le plan de l’éthique militaire : La 1 ère Armée est forte de sa cohésion, de sa valeur militaire et des succès qu’elle vient de remporter depuis le débarquement en PROVENCE. Elle a été formée, entraînée et équipée en AFRIQUE DU NORD. Elle est composée de Français d’ALGERIE, de Français évadés de la métropole et des soldats de l’empire venus des colonies françaises. Elle a un sens élevé des traditions militaires. La discipline y est stricte. Au contraire, les unités de la Résistance se caractérisent par l’hétérogénéité de leur encadrement qui comprend des officiers et sous-officiers de l’Armée d’Armistice démobilisés en novembre 1942 et des cadres qui, sortis du rang, ont été promus grâce à leurs qualités de chef. La discipline y est réelle, même si elle semble inexistante parce qu’elle ne se manifeste pas comme dans une unité de l’armée régulière. Dans chaque unité, le chef est assuré de la confiance et de l’estime de ses hommes qu’il a gagnées par son courage, par son rayonnement et par sa personnalité. Chaque maquis, chaque unité se reconnaissent dans leur chef dont ils portent le nom et c’est ce qui fait la cohésion et l’esprit de corps de ces formations.

Sur le plan de la camaraderie militaire : La camaraderie et la solidarité qui se forgent naturellement dans les épreuves seront longues à établir. D’une part, les soldats de la 1ère Armée marquent une certaine condescendance à l’égard des unités des forces françaises de l’intérieur, Celles-ci, d’autre part, font un complexe d’infériorité en raison de la misère de leurs équipements comparée à la richesse de la lère Armée. Cette richesse et cette misère qui contrastent violemment, creusent un fossé entre des combattants qui luttent cependant pour le même idéal. Ce fossé existe même entre les cadres d’active de la 1 ère Armée et ceux qui encadrent les formations de la Résistance. Ils proviennent pourtant des mêmes écoles : SAINT-CYR, SAINT-MAIXENT pour l’infanterie ou de l’École de guerre pour quelques-uns d’entre eux. Il en résulte une certaine animosité qui se dissipera lentement.

Le lieutenant-colonel ERULIN, officier d’active et breveté d’état-major qui commande le 1er bataillon de la demi-brigade d’AUVERGNE, commente dans son journal de marche le dénuement de son unité et ses relations difficiles avec les cadres de la 1ère Armée :

« Mal équipés, vêtus de “complets PETAIN” ou d’effets de l’Armée de l’Armistice, parfois sans souliers, nos hommes devront combattre, mêlés aux camarades de l’Armée d’AFRIQUE richement dotés à l’américaine. Seul, leur indéfectible esprit de corps leur permettra de garder leur cohésion et leur fera accepter de vivre mal, au milieu d’une armée possédant tout en sur abondance et qui, à court d’hommes, ne craindra pas de se livrer sur eux au pire des chantages moraux afin de les entrainer dans ses rangs. Mal vêtus, possédant un armement et des moyens de transport disparates, ils se sentiront trop souvent traités en troupe de seconde zone et ne rencontreront que rarement la parfaite camaraderie qui animait chefs et troupes de la 1 ère D.B. et de la 4 ème D.M.M., mais ils lutteront, s’armant eux-mêmes, entretenant par miracle un matériel roulant qui, des Maquis d’AUVERGNE les conduira jusqu’au cœur de l’ALLEMAGNE »,

Le lieutenant-colonel COLLIOU a fait les mêmes constatations:

Lorsque la demi-brigade d’AUVERGNE fait mouvement le 14 octobre de sa zone de stationnement de PONTAILLER (Côte d’Or) vers une nouvelle zone près de MAICHE (Doubs), elle se déplace avec le matériel hétérogène venu du Maquis. « Longues files de voitures de tourisme, d’autobus, de gazogène, de gazobois sillonnent les routes de l’ARBOIS et du JURA. On y trouve même des “bétaillères”» La demi-brigade d’AUVERGNE s’en va vers son destin, non sans soulever les sarcasmes ou les railleries de ses camarades qui se flattent d’appartenir à l’Armée “régulière” et qui les croisent ou les doublent sans vergogne du haut de leurs véhicules modernes et puissants. Délibérément, quelquefois, ils amorcent une collision : c’est pour forcer les F.F.I. à abandonner un véhicule qu’ils se hàtent de récupérer, de remettre en état. Dans leur misère même, ces F.F.I. ne se déplacent-ils pas avec des voitures qui les mettent à l’abri du vent et des intempéries ? Qu’importe qu’ils n’aient que des loques en fait de vêtements .1 On énvie leurs voitures, plus confortables que les Jeeps. Et l’expérience montre, avant même un nouveau contact avec l’ennemi, qu’il faut se défendre sur route au cantonnement contre le “cannibalisme”.

— Sur le plan matériel, l’équipement de la demi-brigade d’AUVERGNE est inexistant. Le lieutenant-colonel poursuit : « Comme toutes les Unités F.F.I., les unités de la demi-brigade sont armées et équipées pour la lutte des partisans. Leur armement est hétéroclite, français, allemand, anglais, américain, grec, russe, polonais, acquis au cours de l’exploitation des dépôts camouflés sous l’occupant, des parachutages, des luttes antérieures avec l’ennemi. L’absence totale de moyens de transmission modernes est également une autre de leurs caractéristiques. Quant à leur habillement, il est aussi disparate que l’armement tenues de l’Armée de l’Armistice voisinent avec les uniformes bleus des aviateurs, les vêtements prélevés sur les G.M.R. les complets “PETAIN” des démobilisés. Pas de toiles de tente, peu de couvertures. Et des moyens “santé” rudimentaires, »

Deux anecdotes sont caractéristiques de ce dénuement : A un sous-officier qui vient de capturer un soldat allemand au cours d’une patrouille, le lieutenant-colonel ERULIN lui annonce qu’il le proposera pour une décoration. Ce sous-officier lui répond :

« Mon colonel, je préférerai une paire de brodequins !…»

A la centrale électrique de COURTELEVANT, le 26 novembre, le 1/15.2 mettra hors de combat plusieurs soldats allemands. Ils seront dépouillés de leurs bottes…

Sur le plan opérationnel La guerre des partisans a développé chez les hommes de la Résistance le goût du risque, l’audace alliée à l’esprit d’initiative, l’aptitude à combattre sur de grands espaces nécessaires à l’exécution des embuscades et à la mobilité qui est salutaire pour esquiver les coups de l’adversaire. Ces qualités sont incompatibles avec la rigueur de la guerre classique qui se conduit dans un cadre espace-temps bien déterminé dans lequel aucune fantaisie n’est permise. Les résistants sauront cependant s’adapter aux conditions du combat moderne. Le général de LATTRE facilitera cette adaptation en engageant progressivement les bataillons de la demi-brigade d’AUVERGNE puis ceux du 15.2 dans le cadre des grandes unités de la 1 ère Armée qui leur apporteront les appuis de feux nécessaires à leur engagement. Après plusieurs mois de durs combats, les soldats du 15.2, les anciens terroristes des maquis d’AUVERGNE ne se distinguèrent

 

DE L’ALLIER AU LAC DE CONSTANCE par le Conseil Général de l’Allier

Nous devenions de vrais soldats et il fallait apprendre à manipuler les armes, apprendre à défiler au pas cadencé, nous recevions quelques vêtements, nous apprenions à tirer au fusil mitrailleur, etc…Nous avons été réorganisés en sections et insérés dans le troisième bataillon de la compagnie d’accompagnement (CA3). Nous restions tous groupés à l’exception de Joseph Bouriou qui était affecté à la onzième compagnie commandée par le Capitaine Eddy. Pourquoi lui et pas d’autre? Je pense que, parce que c’était une pupille de l’assistance publique et qu’il n’avait pas de famille, il n’avait pas droit aux mêmes égards.

Nous partions ensuite à Dambelin. Quelques jours de repos puis nous repartons en direction de Pont de Roide, où nous devons attaquer. Nous partons à pied, à travers champs par un sentier en dévers et, je fais un faux pas, je glisse, je tombe et je me tords la cheville. Le sergent qui nous accompagne me déleste des munitions que je porte et je retourne à l’infirmerie en boitant. Tandis que mon copain Roger Chevrier devait se charger de mes munitions en plus des siennes. (J’en entendrais parler souvent).

Je restais deux jours à l’infirmerie avec la cheville bandée et je rejoignais mes camarades après la bataille à Valentigney libéré. Quelle réception ! Repas du soir servi à table et surtout la nuit dans un vrai lit, tous chacun dans une famille.

Malheureusement le lendemain il fallait partir, direction la forêt de l’Oberwald, entre les communes de Courtelevant et de Obersept (Seppois le Haut en Français), sensiblement où les allemands avaient installé leur frontière. Nous devions attaquer et réduire une unité allemande qui avait été encerclée par les troupes de l’armée De Lattre dès le lendemain matin.


L’intégration des FFI dans la 1ere armée française


Extrait du livre de Walter Stucki ambassadeur Suisse à Vichy sous Pétain : La fin du régime de Vichy

Illustration:(A. D. Allier, fonds Séruzier, FRAD003_19_Fi_695_10075)
© A. D. Allier

LA FIN DU REGIME DE VICHY

…/…

au matin il fut établi, tant du côté français que par les «patrouilles » que j’avais envoyées, que les troupes allemandes avaient fait sauter tous les ponts de Lyon au cours de leur retraite dans la vallée du Rhône, mais que quelques jours suffiraient aux pionniers américains pour réparer au moins l’un d’entre eux, je fixai au 7 septembre la date de notre départ pour la Suisse. Les camions nécessaires au transport des bagages et du matériel de bureau étaient arrivés de Berne. Tout le matériel qui pouvait être utilisé plus tard par notre légation à Paris fut rassemblé dans l’immeuble de notre légation, à la villa « Ica ». Pour en assurer la garde et pour achever les missions qui nous avaient été confiées, je désignai deux de mes collaborateurs qui devaient rester provisoirement à Vichy et que je recommandai tout spécialement au représentant du ministère des Affaires étrangères.

Le 5 septembre, j’eus encore le plaisir de recevoir à déjeuner à la table suisse le commissaire du gouvernement provisoire, alors en fonction à Clermont-Ferrand, que j’avais appris à connaître et à apprécier lors de ma visite au quartier général du maquis. Comme l’avait déjà fait par écrit le ministère des Affaires étrangères, il s’excusa beaucoup des empiétements inadmissibles d’éléments irresponsables, empiétements qu’il regrettait sincèrement. La description détaillée qu’il me fit de la situation me donna une idée impressionnante des difficultés innombrables et considérables qu’il avait, ainsi que tous les représentants de l’ordre nouveau, à surmonter. Je conserverai le meilleur souvenir de ce jeune médecin parisien, énergique et intelligent, qui, pendant des années, a souffert, lutté, enduré la faim pour la libération de la France et qui sut avec énergie et habileté faire face à une tâche toute nouvelle pour lui.

Je croyais que le moment de la liquidation et des visites d’adieu était enfin arrivé mais cette impression devait être encore une fois démentie par les faits. On savait que des troupes allemandes considérables se trouvaient toujours sur la ligne Saint-Pourçain – Moulins – Digoin – Mâcon, et que les F.F.I. avaient l’intention d’attaquer avec des forces regroupées la garnison allemande à Moulins dans la nuit du 5 au 6 septembre. J’eus la surprise le 5 septembre, à 17 heures, de recevoir la visite de plusieurs officiers français et d’un officier canadien qui me confirmèrent ce projet. Il ajoutèrent qu’il était possible que ces troupes allemandes de Moulins consentissent à se rendre, La seule difficulté consistait dans le fait que du côté allemand, on ne reconnaissait pas les F.F.I. comme troupes régulières et qu’en conséquence on ne voulait pas capituler entre leurs mains. On me fit entendre que je pourrais encore intervenir dans ce cas pour éviter une effusion de sang inutile, et on se déclara prêt à me faire donner par des officiers réguliers de l’armée française et des troupes anglo-canadiennes, à l’adresse du commandement allemand, toute garantie que les prisonniers de guerre allemands seraient traités conformément à la Convention de Genève. Une fois de plus, je crus devoir donner suite à cette demande et, une demi-heure plus tard, trois automobiles filaient à toute allure à travers les villages et les bourgs au nord de Vichy en direction de Moulins. La première voiture portait le drapeau français avec la croix de Lorraine, la deuxième le pavillon de guerre anglais et la troisième le drapeau suisse.
A Bessay, à quatorze kilomètres au sud de Moulins, eut une courte halte; tout le village grouillait de troupes françaises. Le spectacle était vraiment extraordinaire : partout des uniformes, des équipements, des armes de toutes espèces. A côté de détachements appartenant à l’ancienne armée régulière, en uniformes impeccables et parfaitement armés, on pouvait voir les éléments les plus hétéroclites appartenant à des organisations F.F.I. et F.T.P., dont la marque distinctive ne consistait parfois qu’en un brassard, et 1’arme en un vieux fusil de chasse. On y trouvait aussi des femmes armées et des Africains de couleur. Quelques groupes d’hommes accompagnés de femmes rappelaient presque exactement certaines images de la Terreur sous la Révolution française.
Après quelques minutes, nous poursuivîmes notre chemin jusqu’au dernier avant-poste des F.F.I. sur la route en direction de Moulins. Là les deux premières voitures restèrent en arrière. Je hissai sur la mienne, à côté du drapeau suisse, un grand fanion blanc, et m’engageai dans le no man’s land, accompagné des vœux les plus ardents des officiers et des troupes françaises. Partout des
maisons bombardées et la route souvent démolie dénotaient des combats récents. Peu à peu, à allure prudente, notre voiture s’approcha de Moulins. Mais ce ne fut que dans un quartier extérieur de la ville que nous nous trouvâmes tout à coup en présence du premier barrage allemand et que nous vîmes, comme d’habitude, de nombreux fusils et pistolets automatiques braqués sur nous. Après la dangereuse expérience de Riom, je fis arrêter ma voiture à une certaine distance, pris le fanion blanc à la main et me dirigeai lentement vers Ie poste allemand. Je demandai, en allemand, à parler à un officier. Aucune réponse. Je répétai mon désir : même résultat totalement négatif. Je demandai alors en riant si des soldats allemands ne comprenaient plus l’allemand. Les gens haussèrent les épaules, et I’un d’eux me dit quelque chose comme « Russki ». Je n’avais certes pas envisagé une telle éventualité : il s’agissait vraisemblablement de membres de l’armée Vlassof. Un moment déconcerté, je regardai autour de moi et vis à quelque distance, derrière l’obstacle qui obstruait la route, un autre groupe d’uniformes allemands. Je leur criai à haute voix : « Veuillez m’envoyer quelqu’un qui comprenne l’allemand.» Un sous-officier s’approcha alors avec très grande méfiance. Il parlait correctement allemand : je pus lui faire comprendre qui j’étais et que, chargé d’une mission importante, je devais parler au commandant allemand à Moulins. Il téléphona aussitôt au poste de commandement et reçut l’autorisation de me conduire, sous forte escorte, à l’intérieur de la ville. Quatre soldats allemands en armes prirent place sur les marche-pieds et sur les ailes de ma voiture, et nous avançâmes ainsi lentement, après avoir franchi le barrage, à travers les rues absolument désertes de la ville. De nouveau, comme à Riom, j’avais l’air d’un grand criminel conduit au poteau d’exécution.Tous les magasins, toutes les devantures étaient fermés. Partout s’étalaient de grandes affiches annonçant que la ville de Moulins serait incendiée à la première agression contre les troupes allemandes. Nous arrivâmes sur une grande place où se trouvait le commandant allemand avec quelques officiers. Je me présentai et lui demandai un entretien dans un local fermé. Avec lenteur et mauvaise grâce, le commandant me conduisit dans la salle à manger malpropre d’un petit hôtel. Il était seul; j’étais accompagné de mon attaché Dupont. Il avait le grade de lieutenant-colonel et portait un uniforme allemand, mais, répondant à ma question, il avoua sans détour qu’il était, lui aussi, Russe. Bien que mon espoir de pouvoir lui faire comprendre la mission de la Suisse en général et la mienne en particulier fût ainsi réduit au minimum, j’essayai cependant d’y parvenir. II m’écouta en silence et me demanda mes papiers. Je lui présentai mon passeport diplomatique qu’il examina avec la plus grande attention de la première
la dernière ligne et qui contenait de nombreux visas allemands pour mes voyages en Suisse et à Paris.

Après un long et déplaisant silence, il le passeport devant lui et me dit sur un ton glacé :
« Ou bien vous êtes vraiment le ministre de Suisse, et vous vous mêlez alors de choses qui ne vous regardent pas, ce qui est éminemment singulier. Ou bien, ce qui est plus vraisemblable, vous êtes tout simplement un espion dont le procès ne traînera pas ! » Et d’un regard qui en disait long, il montra le mur sinistre de la cour. La situation était devenue vraiment pénible et désagréable. Mais je n’étais pas sans expérience et conservai mon calme. J’exprimai mon étonnement de cet accueil si peu aimable. Je lui déclarai que ce n’était pas aujourd’hui la première fois que j’offrais ainsi à de hautes personnalités militaires allemandes les bons offices de la Suisse. Chaque fois, j’en avais été vivement remercié. Je citai les noms et les postes de commandement de tous les officiers allemands auxquels j’avais eu à faire à Vichy, Clermont-Ferrand et ailleurs. Heureusement j’avais encore sur moi la recommandation qui m’avait été établie le 22 août par le général allemand à Clermont-Ferrand., Je parvins ainsi finalement à le convaincre que je n’étais pas un espion.

Lorsque je pus ensuite faire valoir que la protection des intérêts allemands et des grands blessés allemands à Vichy m’avait été confiée, que la Suisse représentait les intérêts allemands en Amérique et en Angleterre et que la Croix-Rouge internationale y avait fait un travail immense en faveur des grands blessés et des prisonniers allemands, l’atmosphère s’améliora quelque peu. Finalement l’homme m’expliqua qu’il n’était pas autorisé à capituler, qu’il avait ordre de se défendre jusqu’au dernier homme et qu’il obéirait à cet ordre. Je lui répondis que, comme soldat, je comprenais cette conduite, et que je considérais donc ma mission comme terminée. Mais l’officier allemand devait cependant se dire que je n’avais certainement pas entrepris par hasard cet extraordinaire voyage. C’est ainsi qu’il fit observer en passant, qu’il avait d’autant moins de raison de capituler qu’il disposait d’une troupe forte et bien équipée sur laquelle quelques bandits des F.F.I. n’auraient aucune prise. Je haussai les épaules et lui déclarai que j’avais déjà les chefs des troupes allemandes isolées étaient mal orientés sur ce qui se passait autour d’eux et qu’il pouvait, lui aussi, se tromper de façon dangereuse. Comme représentant d’un pays neutre, je n’aurais en tout cas jamais fait ce voyage s’il ne s’était pas sérieusement agi, à mon avis, d’éviter une grave effusion de sang. Bien qu’aucune réponse ne suivît, mes propos avaient visiblement produit impression et devaient porter leurs fruits, Sur un ton tout à fait correct, presque aimable, nous nous séparâmes. Nous revînmes jusqu’au barrage sous la même escorte militaire. Le sous-officier qui était debout à côté de moi sur le marchepied, me demanda si j’avais apporté quelque bonne nouvelle. Je me bornai à lui dire : « Il arrive qu’on offre une cigarette à quelqu’un et que ce quelqu’un la refuse, »

-« Je comprends! Comme c’est dommage!» me répondit-il avec un regard qui en disait long.
Après avoir retraversé à grande vitesse le no man’s land, nous trouvâmes à Bessay, avec son état-major, le général Bertrand qui arrivait presque directement d’Afrique par la voie des airs. Le com-missaire de la République et plusieurs officier des F.F.I. dont j’avais fait connaissance avant la libération à leurs postes clandestins de commandement, étaient présents et me serrèrent joyeusement
la main. Ce ne fut pas sans peine que nous pûmes traverser la place du village complètement embouteillée par une foule en uniformes et en civil. Dans un cabaret, je fis savoir en quelques mots au général et à ses collaborateurs les plus proches que ma mission était restée sans succès, la capitulation ayant été refusée. Après quelques mots de vifs remerciements, ces messieurs commencèrent aussitôt à discuter, en ma présence, le plan d’attaque contre Moulins. Je demandai l’autorisation de me retirer. «Restez donc, vous avez toute notre confiance », me dit-on très aimablement. Je répliquai en riant que la chose était tout à fait inconciliable avec la neutralité suisse et que je n’avais rien à faire ici. Après une prise de congé cordiale, je remontai dans ma voiture. A l’un des officiers qui me reconduisaient, je donnai à mi-voix le conseil d’attendre jusqu’au lendemain matin pour attaquer Moulins et m’apprêtai à démarrer. A ce moment-là, une jeune femme se précipita sur ma voiture et demanda, montrant du doigt le drapeau suisse, si j’étais de Suisse. Comme je lui répondais affirmativement, ajoutant que j’étais même Bernois, elle voulut presque m’embrasser, car elle était née à Oberhofen, sur le lac de Thoune, et n’avait pas revu la Suisse depuis dix ans. Finalement nous réussîmes à percer la foule, dont les cris enthousiastes de « Vive la Suisse » nous accompagnèrent longtemps encore.

Le jour suivant, on m’annonça que la garnison allemande de Moulins avait évacué la ville dès la veille à 23 heures, et que les F.F.I. en avaient pris possession sans tirer un coup de fusil.
Le dernier jour de ma présence en France …
…/…

Libération de Moulins
Moulins, matin du 6 septembre 1944: les troupes du groupement Roussel stationnent au croisement de la route de Lyon et de l’actuelle rue de Narvick, attendant l’autorisation de pénétrer dans la ville.

De l’Allier au Lac de Constance, avec les Résistants d’Auvergne et le 15.2

Plaquette dédiée à la mémoire des 190 officiers, sous officiers et Volontaires du 152 ème RI et du Régiment d’Auvergne morts pour la France et pour la libération des camps de prisonniers et de déportés.



En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer